Flotte oceanographique française

Modernisation du N/O Thalassa

Modernisation du N/O Thalassa

Le navire Thalassa, livré en 1995, est un navire océanographique principalement orienté vers les missions de service public dans l’halieutique, la recherche halieutique et l’océanographie physique. Il permet de déployer le robot téléopéré Victor 6000, répondant ainsi en partie à la demande des missions d’environnement profond. Après 20 années d’utilisation, l’Ifremer a prévu de réaliser des travaux de modernisation du navire, pour maintenir son niveau de performances indispensable à la poursuite de ses missions de recherche halieutique et en océanographie physique et, lui redonner du potentiel à la mer, grâce à des travaux permettant l’élargissement de l’éventail de ses missions au-delà de ses missions actuelles en le dotant d’équipements permettant de conduire pleinement des missions dans le domaine des géosciences ou de l’environnement.

Cet objectif, devenu un impératif afin de continuer de répondre à l’ensemble des sollicitations auxquelles est soumise la Flotte Océanographique Française, a été retenu comme prioritaire dans le cadre du plan de renouvellement de la flotte transmis par le comité directeur de l’UMS Flotte au MESR en 2013. Compte tenu de son activité menée de façon récurrente dans le cadre de la DCF et de la DCSMM en Manche, Mer du Nord et en Atlantique, le navire restera principalement opéré en Atlantique et en Méditerranée. Dans ce contexte, il a été considéré que L’Atalante et le Pourquoi pas ? étant déjà équipés pour travailler au-delà de 4500 m, et ayant une capacité de déploiement tous océans, Thalassa serait modernisé dans l’optique de missions se déroulant par des fonds inférieurs à 4500 m. Autre hypothèse importante, le rôle spécifique vis-à-vis de l'halieutique demeurera, même si une polyvalence accrue est recherchée. Au cours de l’année 2016, l’Ifremer s’est donc engagé dans l’opération de modernisation du navire, après avoir obtenu de l’Etat et des collectivités territoriales (Région Bretagne, Département du Finistère et Brest Métropole) un engagement sur un soutien financier pour les travaux de modernisation du navire.

Le navire va ainsi bénéficier d’un programme complet de maintenance à mi-vie et de refonte qui élargira l’éventail de ses missions en le dotant d’équipements permettant de conduire pleinement des missions dans le domaine des géosciences ou de l’environnement.

Les principales évolutions porteront sur :

  • Implantation de nouveaux équipements acoustiques dans un carénage ou dans la quille : sondeurs multifaisceaux, pénétrateur de sédiments, transducteurs mono-faisceau utilisés lors des campagnes halieutiques, sondeur multi-faisceau halieutique. Jouvence des équipements informatiques et de son réseau bord.
  • Amélioration du déploiement des systèmes sous-marins et mise en œuvre d’une bathysonde dite « propre » pour l’analyse de métaux traces dans la colonne d’eau, installation d’une grue océanographique.
  • Réaménagement des locaux principaux. Le PC scientifique sera entièrement refait, la salle de réunion sera ré-agencée, la salle de tri fera l’objet d’un réaménagement, tandis que la rénovation des laboratoires du pont de travail est prévue, ainsi que la timonerie.
  • Remplacement de la commande du moteur de propulsion et des 4 diesels générateurs, des systèmes de gestion d’énergie du navire, de gestion des alarmes et de la centrale incendie, remplacement de la production du courant régulé.
  • Divers travaux nécessaires au maintien en conditions opérationnelles pour les vingt prochaines années.

Le début de l’année 2017 a vu se terminer, suite à un appel d’offres européen lancé en 2016, l’étape de choix du chantier naval mandaté pour la réalisation des travaux avec la signature du contrat par la société PIRIOU NAVAL SERVICES, la branche française Réparation et Services du groupe PIRIOU. Les travaux se dérouleront à Concarneau durant l’été 2017.