Flotte oceanographique française

Record de longueur de carotte sédimentaire encore battu

Record de longueur de carotte sédimentaire encore battu

Publié le 15/03/2019

La carotte MD19-3581 – de 69,73 m de long – bat le record du monde de longueur de carottage à bord du Marion Dufresne, navire de la Flotte océanographique française opérée par l’Ifremer. Ce résultat obtenu avec le carottier géant Calypso est le fruit d’une collaboration entre l’Ifremer, le CNRS et l’Institut polaire français, opérateur historique du navire.

Mardi 5 mars 2019, au nord de l’archipel Crozet, par une météo plutôt mauvaise, le carottier Calypso a été déployé par plus de 2 300 mètres de fond, avec un tube de 70,2 m de long. Après 9h d’opération, celui-ci est revenu parfaitement droit et complètement rempli, avec un taux de récupération de 99,3%. Le dernier record de longueur de carottage était une carotte de 64 mètres, dans un tube de 65 mètres dans le golfe de Californie, record détenu également par le Marion Dufresne depuis 2002.

Le dernier record de longueur de carottage était une carotte de 64 mètres, dans un tube de 65 mètres dans le Golfe de Californie, record détenu également par le Marion Dufresne et qui aura tenu 17 années, jusqu’à ce 5 mars 2019, quand la carotte MD19-3581 d’une longueur totale de 69,73 mètres a été récupérée, au cours de la campagne CROTALE dans l’océan austral.

À propos 

Le Marion Dufresne fait dorénavant partie de la Flotte océanographique française, une très grande infrastructure de recherche unifiée en 2018 et opérée par l’Ifremer pour le compte de l’ensemble de la communauté scientifique française.

C’est un navire polyvalent qui assure deux fonctions principales : la recherche océanographique sur tous les océans non glacés, sous la responsabilité de l'Ifremer, et la logistique des îles subantarctiques françaises : les archipels de Crozet et Kerguelen, et les îles Amsterdam et Saint-Paul, sous la responsabilité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Il compte parmi les plus grands navires océanographiques de la flotte mondiale (120 m de long) et couvre quasiment tous les domaines de l'océanographie. Son carottier géant Calypso lui a permis d’atteindre des records de longueur de carottage depuis la fin des années 90. Depuis plus de 20 ans, des équipes scientifiques des grands pays industrialisés (États-Unis, Allemagne, Royaume Uni, Chine et Japon notamment) ont bénéficié des performances du Marion Dufresne lors de campagnes de coopération internationale, sur toutes les mers du monde.

Récupération du carottier

La campagne océanographique CROTALE

Cette carotte a été obtenue lors de la campagne CROTALE*, coordonnée par le CNRS, portant sur l’étude de la variabilité du courant circumpolaire antarctique, son évolution à l’échelle géologique, et son rôle dans les variations du CO2 atmosphérique. 

Un tube a donc été déployé pour carotter au nord de l’archipel de Crozet, site localisé sous le front subantarctique par 2 300 mètres de fond. L’énorme épaisseur de sédiments (plus de 150 mètres), ainsi que la clarté des réflecteurs mis en évidence par le sondeur de sédiments du navire, a encouragé à déployer une carotte d’une telle longueur – 70,2 mètres de long. Après 9 heures d’opération, le tube est revenu parfaitement droit et complètement rempli, avec un taux de récupération de 99,3 %.

Les capteurs CINEMA ont montré que les réglages du carottier étaient optimaux, assurant une cinématique de l’opération sans étirement ni compression.  La carotte a été ouverte, décrite et photographiée, puis passée au banc de mesure. Elle ne présente aucune déformation et est essentiellement composée de boues à diatomées.

Des mesures préliminaires à bord suggèrent que la carotte couvre le dernier million d’années et permettrait donc d’effectuer des études à très haute résolution sur les derniers cycles climatiques.

Traitement de la carotte sur le pont du navire

Des années de travail ont permis ce résultat

Depuis le programme CINEMA (initié par l'Ifremer, puis mené conjointement avec le CNRS et l’Institut polaire français) jusqu’au projet EQUIPEX-CLIMCOR, mené par le département océanographie de l’Institut polaire français, des travaux n’ont cessé d’améliorer le système de carottage du navire et de l’équiper des outils indispensables à ces opérations « géantes ». La jouvence du navire en 2015 a permis de mettre en œuvre un nouveau portique de carottage plus ergonomique, mieux équipé et d’une capacité 45 tonnes, pour assurer la continuité avec le nouveau treuil grand fond. Les tangons ont été intégralement changés et la structure du navire modifiée pour dégager de l’espace de coursive extérieure tribord  afin de permettre le passage de tubes plus longs. Le navire a été équipé de sondeurs parmi les plus performants existants et l’instrumentation globale a été complètement revue.

 

Toutes ces améliorations sont les rouages de ce nouveau record.

 

 *Chef de mission : Xavier Crosta, directeur de recherche CNRS au laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux (EPOC, CNRS/Université de Bordeaux).