Flotte oceanographique française

Qui sommes nous ?>Partenariats institutionnels nationaux et européens

Partenariats institutionnels nationaux et européens

La structure juridique de l'UMS Flotte océanographique française ne lui permet pas de passer des accords internationaux ou d'être l'interlocuteur privilégié de la Commission européenne. Les accords passés par ses membres (à ce stade l'Ifremer) en font cependant un acteur majeur de la coordination des flottes européennes :

  • Des liens forts et anciens entre l'Ifremer, l'IEO (Espagne), l'ICRAM (Italie) pour la conception/utilisation de Thalassa et de L'Europe.;

  • L'accord tripartite signé en 1996 entre l'Ifremer, le NERC (Natural Environment Research Council) pour la Grande-Bretagne, le BMBF (Bundesministerium für Bildung und Forschung) pour l'Allemagne fédérale, afin de faciliter les échanges de grands équipements océanographiques (navires, Rovs, prêts de matériels…) en Europe (on parle "d'échanges de temps-navire). Cet accord a été transformé depuis en OFEG (Ocean Facilities Exchange Group) avec l'adhésion des Pays-Bas, la Norvège et l'Espagne.
  • Une nouvelle étape a été franchie pour une coordination des flottes de recherche européennes, en 2009, avec le projet Eurofleets (voir plus bas). Ce projet, d'une durée de quatre ans, bénéficie d'un important financement de la Commission européenne. Il a une suite avec Eurofleets II sur la période 2013 - 2016, toujours coordonnée par l'Ifremer.

Au niveau national, la flotte s'appuie sur des partenariats institutionnels forts avec en particulier les TAAF, la Marine nationale, et le SHOM.

  • Le Marion Dufresne est opéré conjointement par les TAAF et l'IPEV, permettant ainsi une utilisation coordonnée du navire tant dans le domaine de la logistique pour la desserte des îles australes (quatre rotations de 30 jours par an), que pour la réalisation de campagnes scientifiques sur tous les mers du monde (217 jours maxi par an).
  • L'Ifremer a développé des relations originales et exemplaires avec la Marine nationale pour la construction et l'utilisation du Pourquoi pas ?. Le navire Thalassa a servi également de modèle à la construction du Beautemps-Beaupré (mise en service 2003, 80,65 mètres), navire hydrographique armé par la Marine nationale au profit du SHOM.