Crise sanitaire COVID19 - Conditions d'embarquement sur les navires hauturiers, côtiers et de station

Communiqué

(actualisé au 12 avril 2021)

Modalités et organisation des embarquements sur les navires hauturiers, côtiers et de station

 

Suite aux annonces du gouvernement, concernant la gestion de la situation sanitaire en métropole, et aux précisions apportées dans les heures qui ont suivi, le comité directeur de la Flotte s’est réuni le 30 octobre 2020.

Constatant que les armateurs de l’ensemble de la flotte (LDAS, Genavir et CNRS) restent en situation d’opérer les navires et les équipements de la TGIR, que l’ensemble des missions 2021 sont, dans la mesure du possible,  programmées au départ et à l’arrivée de ports métropolitains ou outre-mer, et que les établissements publics opérateurs de recherche (organismes, universités…) sont autorisés à poursuivre les activités de terrain, les orientations suivantes ont été actées :

  • Les missions hauturières et côtières en cours ne sont pas interrompues, et se poursuivent jusqu’à leur terme prévu. Ponctuellement, selon le taux d'incidence, GENAVIR pourra être amené à restreindre la capacité d'accueil des navires côtiers et à limiter la fréquence des rotations de personnel.
  • Sur les navires de station :
    • Les missions recherches et observations se poursuivent. Un maximum de trois personnels d’appui scientifique (chercheur, enseignant chercheurs, ITA et BIATS, étudiant en thèse, post-doc…) pourra embarquer en plus des marins nécessaires aux opérations scientifiques ;
    • Concernant les missions d’enseignement, un projet de campagne précisant les travaux à réaliser à bord et incluant les effectifs embarqués sera transmis par le chef de mission à l’armement de la DT INSU au minimum 5 jours ouvrables avant le début de la mission. Ce programme de campagne fera l’objet d’une validation par l’armement en termes d’effectif embarqué à bord du navire.

Les conditions d’embarquement, éventuellement réévaluées, seront mises en ligne sur le site de la flotte dans les jours à venir.

Enfin, les organismes membres du Comité directeur ont réaffirmé leur volonté de maintenir les possibilités d’embarquement pour leur personnel dans les conditions ci-dessus. Ils se sont engagés à faciliter la signature des ordres de mission des équipes scientifiques, dans le cadre actuel de gestion de la situation sanitaire. Les universités marines seront dûment informées et encouragées à agir en ce sens par l’intermédiaire du comité scientifique du réseau des universités marines.

Si le cadre actuel était appelé à évoluer, le comité directeur se réunirait à nouveau et pourrait faire évoluer la programmation des campagnes et les conditions d’embarquement.