Le projet Coral

Le projet CORAL « Constructive Offshore Robotics ALliance » a pour objectif le développement d’un robot sous-marin autonome AUV (Autonomous Underwater Vehicle) hauturier profond pour l’exploration et l’inspection des fonds marins jusqu’à 6 000 mètres. Cet objectif s’inscrit dans le renouvellement des capacités de la TGIR Flotte océanographique française permettant de répondre aux demandes scientifiques et sociétales.

Le projet est financé sur une durée de cinq ans dans le cadre du CPER par l’Ifremer, la région PACA et le programme FEDER. Le montant total d’investissement est de 5 280 M€, le coût complet incluant personnel, moyens d’essais et moyens navals en période de test.

Le projet est structuré en trois « piliers » exprimant le caractère régional des développements technologiques réalisés en collaboration avec des partenaires industriels et académiques :

  1. Le premier pilier concerne le développement de  l’engin sous-marin opérationnel avec ses charges utiles instrumentales, logiciels embarqués et outils de mise en œuvre.
  2. Le second pilier est la création de services industriels autour d’un engin autonome 3 000 mètres actuel de l’Institut, qui sera rétribué par des droits sur les chiffres d’affaires réalisés.
  3. Le troisième pilier est la mise en place d’un environnement technique « laboratoire de robotique sous-marine » en rapprochant l’école d’ingénieurs Seatech de l’Université de Toulon au CETSM (Centre Européen de Technologie Sous-Marine) de l’Ifremer.

L’AUV 6000 est un drone autonome capable de réaliser des missions intelligentes sans lien avec l’opérateur. Le système sous-marin innovera avec des fonctionnalités et performances permettant de réaliser, dans la même plongée, des tâches d’exploration des fonds marins à des échelles variables et d’inspection optique localisée près du fond. Un ensemble de capteurs d’analyse in situ physique et chimique sera mis en œuvre simultanément pour produire des ensembles de données topographiques et physico-chimiques co-référencées. La définition fonctionnelle du système s’est effectuée en concertation avec les équipes scientifiques actives dans le domaine des grands fonds marins issus du CNRS, des Universités et de l’Ifremer.

 L’AUV 6000 permettra ainsi de produire en un seul déploiement des ensembles de données dans des finalités géologiques, géophysiques ou biologiques, nécessitant aujourd’hui une série de plusieurs plongées. Etant conçu en particulier pour les opérations en complément d’un engin d’intervention (exemple ROV Victor 6000), il permet de relever les sites d’intérêt et de définir les cibles pour les plongées du ROV.

Suite à un appel d’offre international mené en 2016, le développement du vecteur a été confié  à la société varoise ECA Robotics. Dans ce cadre, une licence commerciale avec rétribution de l’Ifremer a été accordée à l’industriel. Ifremer conduira les développements technologiques sur les charges utiles, les logiciels contrôleurs embarqués, et le système de déploiement.

L’entrée en flotte du nouvel engin est prévue en 2020.

Création de services industriels autour d’un engin autonome 3 000 m actuel de l’Institut

Mise en place d’un environnement technique « laboratoire de robotique sous-marine » en rapprochant l’école d’ingénieurs Seatech de l’Université de Toulon au CETSM (Centre Européen de Technologie Sous-Marine) de l’Ifremer.