Demain la Flotte océanographique

À quoi ressemblera demain la Flotte océanographique française opérée par l’Ifremer ?

De la vedette côtière au navire hauturier taillé pour la haute mer ou à l’engin sous-marin capable de plonger à 6000 mètres de fond, la Flotte océanographique française (FOF), l’une des cinq plus importantes au monde, sillonne les océans du globe au service de la communauté scientifique. Les missions menées par la FOF sont indispensables à la connaissance de l’océan, au suivi de ses ressources et à sa protection.

Face aux changements climatiques inédits qui frappent nos sociétés, les flottes océanographiques sont confrontées à deux défis immenses. D’une part, il faut continuer de repousser les frontières de la connaissance dans cet univers moins connu que la Lune. D’autre part, ces infrastructures dont le fonctionnement repose actuellement sur les énergies fossiles doivent se réinventer pour réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.

Lancée en mars 2023, la réflexion collective “Imaginons la Flotte océanographique française à l'horizon 2035” doit aboutir, d’ici mi-2024, à l’élaboration de nouveaux scénarios de renouvellement des moyens océanographiques. Le point de départ : la première prospective menée en 2017 qui demeure d’actualité sur certains aspects, mais qui doit être complétée et approfondie.

Pour mener à bien une trajectoire ambitieuse de décarbonation, l’infrastructure de recherche Flotte océanographique française associe à la réflexion la communauté scientifique utilisatrice. Ensemble, ils dessinent de nouvelles manières de concevoir les campagnes océanographiques, imaginent les outils les plus adaptés, s’appuient sur les nouvelles technologies, consolident ou revisitent les partenariats stratégiques.